Ennéagramme Base 3 : Quête de succès

La Base 3 en quatre concepts clés :
Adaptable, « qui excelle », Motivé et Soucieux de son image.

Avoir et Etre

Les individus de Base ennéagramme 3 sont adaptables, ambitieux, confiants, concentrés sur le succès et très préoccupés de leur image. Souvent ils cherchent à susciter l’admiration des autres et tentent d’accumuler les succès dans le but d’y parvenir. Ils ont donc tendance à être très sociables et à l’écoute de la manière dont les autres les perçoivent. En effet, à un niveau très profond et largement inconscient, les personnes en Base 3 s’identifient à la façon dont les autres les perçoivent. Au coeur même du mécanisme égotique de la Base 3 se situe donc une confusion fondamentale sur la relation entre l’apparence et la réalité, l’image et la substance, entre qui ils sont et ce qu’ils font.

Souvent, les personnes de cette base adoptent un idéal de réussite, et de tentent de l’incarner. Cet idéal leur vient souvent de leurs parents, de nombreux 3 tentant inconsciemment de vivre la vie que leurs parents n’ont pas pu vivre. Si la personne de base 3 est est moins liée à ses parents, ou pour quelque raison trouve d’autres influences plus convaincantes, l’idéal sera tiré de la socio-culture au sens large. Comme la culture occidentale moderne est diverse, il existe de nombreux idéaux possibles de « personne à devenir ». Quel que soit l’idéal choisi cependant, c’est quelque chose qui, par nature, ne pourra être atteint que par quelques-uns seulement. Il faudra donc être compétitif pour y arriver.

Les 3 ont tendance à poursuivre cet idéal choisi avec : énergie, détermination et concentration. Ils croient en leurs capacités innées et sont optimistes quant à leurs perspectives. Ils ont tendance à être de bons « réseauteurs » et à savoir comment gravir les échelons. Ils savent comment se présenter, sont socialement compétents, généralement extravertis, souvent charmants et parfois charismatiques.

Image de réussite

Beaucoup de personnes de Base 3 savent subtilement et même inconsciemment modifier leur apparence et adapter leurs propos en fonction de la personne ou de l’auditoire avec lequel ils sont en contact, ce qui leur vaut souvent d’être qualifiés « les caméléons » de l’ennéagramme. Le problème est qu’à force de jouer des rôles et de rester dans le processus du paraître, ils perdent parfois contact avec qui ils sont vraiment.

Il n’est donc pas surprenant que les 3 puissent parfois trouver le domaine de l’intimité comme étant difficile à vivre. Leur besoin d’être aimés pour leur image cache souvent un sentiment intérieur de honte et de confusion au sujet de qui ils sont vraiment. Le dilemme pour les personnes en Base 3, c’est que si elles n’atteignent pas leurs objectifs, elles ont tendance à se dévaloriser en tant que personnes, et progressivement, elles peuvent commencer à se demander si elles sont vraiment aimées pour ce qu’elles sont, plutôt que pour leurs résultats ou pour leur image.

Il est commun que les individus faisant du 3 soient, dans les faits, réellement efficaces. Ils ont tendance à être déterminés et ne sont pas facilement découragés par les difficultés. Mais quelle que soit leur réussite effective, ils ont souvent secrètement peur d’être ou de devenir des «perdants». C’est presque comme s’ils avaient peur d’être «démasqués» comme étant des imposteurs. Et pour cette raison, beaucoup sont soit des travailleurs acharnés, soit des individus sombrant dans l’auto-victimisation permanente, qui est une stratégie alternative permettant de ne pas assumer la présence d’un échec dont ils seraient responsables.

La course au succès est éreintante. En cas d’inactivité, une angoisse du vide s’installe, il est donc indispensable de Faire quelque chose pour se sentir Être, il faut donc toujours bouger, toujours avancer, toujours produire. Cette course à la réussite peut aussi être frustrante, on ne compte plus le nombre de 3 ayant sombré dans l’auto-destruction juste avant ou juste après avoir atteint des degrés importants de gloire ou de fortune. C’est comme s’ils se rendaient compte combien ils sont déconnectés de leur image grandiose, combien celle-ci est basée sur le mensonge et l’apparence, à quel point personne ne comprend qui ils sont vraiment et combien ils se sentent seuls en compagnie de ceux qui les suivent avec adoration.

Qui suis-je ?

Les individus de Base 3 ont tendance à avoir un grand cœur, à être généreux et sympathiques, mais ils est souvent difficile pour les autres de savoir qui ils sont vraiment.

Les ennuis arrivent quand ils confondent le vrai bonheur, qui est un état intérieur, à l’image du bonheur dans laquelle ils se projettent si facilement. Lorsque les personnes qui font du 3 perdent le contact avec leurs vraies émotions et sensations, c’est comme si elles utilisaient une « check-list » interne afin de déterminer l’étendue de leur bien-être : un bon travail -> ça c’est fait, un conjoint attractif -> ça c’est fait , de beaux enfants -> ça c’est fait…

La perte de connexion à leur moi essentiel peut être telle que les 3 peuvent parfois arriver à se convaincre qu’ils sont heureux parce qu’ils ont atteint les « indicateurs de bonheur » correspondant à l’image idéalisée du succès. Lorsque cela se produit, ils ont tendance à ignorer les ressentis internes de leur cœur, qui leur disent que quelque chose de vital est peut-être absent. Sous la façade, de nombreux 3 cachent un sentiment profond de vacuité.

Ces personnes sont sujettes aux crises d’identité et parfois même jusqu’à la dépression, même si elles se permettent rarement de le montrer. Il est vrai que le fait de s’identifier à ses réalisations, amène la personne à se couper de plus en plus de son vrai moi, à accentuer le sentiment d’inexistence et de manque de sens, et donc, in-fine, faire grandir la peur fondamentale de la Base 3 : celle d’être sans valeur.

 

Le Mensonge

L’ennéagramme traditionnel associe à la Base 3 les notions de «duperie-tromperie». Ceci ne se réfère pas nécessairement à la malhonnêteté ou au mensonge dans le sens conventionnel du terme, mais plutôt comme le fait de présenter les choses sous le meilleur jour possible, afin de faire avancer leurs ambitions, ou bien afin de ne pas faire face à un échec. Il s’agit avant tout d’un mensonge envers soi-même, puisque pour la personne s’identifiant à ce qu’elle fait, accepter la présence d’un échec serait accepter qu’elle « est » un échec. En effet, la principale supercherie pour la personne qui fait du 3, réside dans le fait de confondre l’image de façade projetée aux autres, avec la personne qu’elle est en réalité, et d’encourager en même temps son auditoire à ne se concentrer que sur cette couche superficielle, se privant ainsi de la possibilité de pouvoir être aimée en Vérité, pour la personne qu’elle est.

A leur moins bon, certains 3 peuvent se transformer en une « machine à faire ». Ils se plongent dans l’activité afin de se détourner de leur sens croissant de vide intérieur. De plus en plus coupés de leur intériorité, ils deviennent désinvoltes et superficiels. S’ils tombent dans le narcissisme, ils peuvent devenir froids et impitoyables envers quiconque se met en travers de leurs objectifs. Le 3 qui apparaît d’habitude comme optimiste et chaleureux devient alors cynique et nihiliste, incapable de croire en lui-même, et incapable de faire confiance aux autres.

A l’inverse, les individus intégrés en Base 3, parviennent à atteindre leurs objectifs, sans perdre le contact avec leur réalité profonde, et ils inspirent et encouragent les autres à vivre en accord leurs propres idéaux. Ils sont généreux en temps et en énergie et sont prêts à aider les autres à actualiser leur potentiel. Ils prennent des rôles de leadership sans aucun désir de dominer ni de faire respecter un idéal abstrait.

Résumé du profil de Base Trois

Source : http://www.promouvoir-enneagramme.com/index.php?rubrique=3038

Les Niveaux épanouis

Niveau 1 (à leur meilleur) : Ils s’acceptent, sont tournés vers l’intérieur et authentiques, tout ce qu’ils semblent être. Modestes et charitables, ils ont de l’humour par rapport à eux-mêmes, et de grandes qualités de coeur. Doux et bienveillants.

Niveau 2 : Sûrs d’eux, énergiques, compétents avec une haute estime d’eux-mêmes, ils croient en eux-mêmes, en leur valeur propre et en leurs propres valeurs. Adaptables, attirants, charmants, et agréables.

Niveau 3 : Désireux de s’améliorer, d’être tout ce qu’ils peuvent être – souvent ils deviennent exceptionnels, des icônes largement admirées. Très efficaces, les autres sont motivés pour imiter leurs côtés positifs.

Les Niveaux moyens

Niveau 4 : Très soucieux de leurs performances, de faire bien leur travail, ils se motivent constamment pour atteindre des buts, comme si leur propre valeur en dépendait. Terrifiés par l’échec, ils se comparent aux autres dans leur recherche de statut et de succès. Carriéristes, à la recherche d’un statut social, ils investissent dans l’exclusivité et l’excellence.

Niveau 5 : Soucieux de leur image, concernés par la manière dont les autres les perçoivent, ils commencent à se présenter en fonction des attentes de ceux-ci et de ce dont ils ont besoin pour réussir. Pragmatiques et efficaces, mais aussi calculateurs, ils perdent le contact avec leurs propres sentiments derrière une façade agréable. Des problèmes d’intimité, de crédibilité, et de fausseté en résultent.

Niveau 6 : Ils voudraient impressionner les autres avec leur supériorité : constamment en train de se promouvoir, exagérant leur valeur. Narcissiques, grandiloquents, imbus d’eux-mêmes et de leurs talents, il sont exhibitionnistes et séducteurs, comme s’ils disaient : « Regardez moi ! » Leur arrogance et leur attitude de mépris sont leur mode de défense contre leur jalousie face aux succès des autres.

Les Niveaux pathologiques

Niveau 7 : Ayant peur de l’échec et de l’humiliation, ils peuvent être exploiteurs et opportunistes, convoitant le succès des autres, et prêts à tout pour préserver l’illusion de leur supériorité.

Niveau 8 : Intrigants, sournois et trompeurs afin que leur erreurs et leurs agissements ne soient pas découverts. Indignes de confiance, trahissant ou sabotant les autres pour triompher d’eux, ils sont aveuglément jaloux.

Niveau 9 : Ils deviennent vindicatifs, essayant de détruire le bonheur des autres. Constamment poussés à détruire qui que ce soit ou quoi que ce soit qui leur rappelle leurs manques et leurs échecs. Psychopathes, criminels meurtriers. Correspondent en général à des troubles de la personnalité du type narcissique.

Les commentaires sont fermés.