Ennéagramme Base 9 : Quête de tranquillité

La Base 9 en quatre concepts clés :
Réceptif, Passif, Accommodant et Content de lui

Pacifique

Les individus de Base ennéagramme 9 cherchent à maintenir un sentiment de paix, d’harmonie et d’équilibre et veulent par dessus-tout éviter les conflits. Ils ont tendance à voir le meilleur chez les gens, à être fondamentalement optimistes quant à l’avenir, ce qui, en tant normal, agit comme un baume apaisant sur ceux qui les entourent.

En règle générale, les 9 sont assez faciles à vivre, ils adoptent une stratégie de « mobilité passive » qui consiste à se laisser porter par le courant de la vie. Les personnes de Base 9 ne sont pas du genre à transpirer inutilement et sont en général lentes à passer à l’action, elles savent intuitivement comment attendre les ouvertures et incitations afin qu’elles puissent ensuite s’insérer sans effort dans le flux défini par d’autres.

Dans l’ensemble, il s’agit de personnes plutôt effacées et tolérantes, d’individus à l’humeur égale et sympathique. Elles aspirent à être aidantes, affectueuses, douces et plus que tout autre Base de l’Ennéagramme, elles sont susceptibles de véritablement incarner ces qualités précieuses.

Les choix

Étant donné un tel portrait, il peut sembler difficile de comprendre ce qui est si problématique dans cette Base 9. Le problème central pour les 9 tourne autour du fait que leur désir de maintenir la paix et d’éviter les conflits est compulsif. La diversité humaine implique par définition l’omniprésence de possibles divergences entre les Hommes, représentant autant de sources de confrontations possibles, autant de conflits potentiels. L’incapacité de la Base 9 à faire face aux conflits avec engagement et à les gérer avec efficacité constitue un grave handicap quand il s’agit de vivre une vie pleine, satisfaisante et honnête. Cette tendance – profondément enracinée – à éviter les dissensions, se joue à la fois dans leur univers intérieur, puisque les 9 ont énormément de difficulté à faire des choix, et dans le domaine de l’action extérieure où ils ne s’expriment que très occasionnellement.

Ce problème se manifeste généralement d’autant plus fortement que le sujet touche la sphère privée. En effet, les personnes de Base 9 craignant par dessus tout d’être, par leur pensée ou pour leur action, à la source d’un trouble dans leur environnement, plus le thème les concerne directement, moins elles sont capables d’adopter une position nette ou d’émettre une opinion.

Les personnes de Base 9 apprécient généralement la simplicité et cultivent la vertu de patience. Elles sont souvent très créatives bien que cela soit fait d’une façon modeste et sans prétention. Elles adoptent une attitude d’acceptation envers la vie. Elles ne demandent pas trop; parfois elles demandent trop peu. À un niveau très profond, à un niveau qui n’est que très rarement conscientisé, la plupart des individus en Base 9 sentent tout simplement qu’ils ne méritent pas trop. La plupart d’entre eux bénéficieraient sans nul doute de développer une forme d’égoïsme sain, la majorité de leurs difficultés étant la conséquence de leur dévouement excessif.

Diplomatie ?

Beaucoup de personnes qui sont de Base 9 connaissent le succès dans le domaine des relations sociales. Elles sont souvent productives puisque pour éviter les conflits, elles fournissent sans sourciller ce qui leur est demandé. Ainsi, elles parviennent bien souvent à se hisser en haut de la pyramide grâce à leur amabilité et à leur fiabilité tout en ayant soigneusement évité de gaspiller leur énergie dans des jeux de pouvoir ou par l’entretien de concurrences directes.

Ainsi, même dans un système économique capitaliste, nombreux sont les individus de Base 9 qui parviennent à réussir tout en conservant une attitude de retrait et un esprit de coopération. Tout ceci signifie que les 9 ne sont pas nécessairement dénués de capacités de leadership ; le grand nombre de dirigeants d’entreprise, de leaders politiques et de guides spirituels de Base 9 suffit à le confirmer.

Ce qui amène les personnes de Base 9 à endosser des rôles de leaders n’est que très occasionnellement le fruit de leur ambition personnelle mais plutôt parce qu’elles y sont poussées par les ambitions que d’autres personnes nourrissent pour elles. Parfois les 9 qui prennent des rôles de leadership semblent être l’incarnation vivante d’une solution qui nous a été offerte par les profondeurs de l’inconscient collectif. Ils représentent alors la seule réponse possible aux exigences d’une époque dans laquelle la voie à suivre ne peut pas être déterminée par une affirmation de soi agressive ni par la supériorité intellectuelle. Prenons l’exemple d’Abraham Lincoln, peut-être le plus grand des présidents des Etats Unis d’Amérique, déclarant modestement :  » Je ne prétends pas avoir contrôlé les événements, mais j’avoue carrément que j’ai été contrôlé par eux « . Les 9 en bonne santé sont ainsi en contact avec leur profondeur et sont capables de maintenir une bonne estime d’eux même, même lorsqu’ils sont confrontés à l’opposition la plus vigoureuse ou aux conflits les plus terribles. Mêmes lorsqu’ils sont en position de dirigeant, ils sont au service de ceux qu’ils gouvernent.

A l’inverse, les 9 qui sont moins équilibrés et qui occupent des responsabilités ont tendance à « étouffer » toute prise de conscience des conséquences négatives probables de leurs actions. Souvent, ils s’entourent d’une cohorte de personnes (conseil d’administration, gouvernement politique…) porteuse du projet d’ensemble et en charge de l’exécution des actions, ce qui renforce leur sentiment de sécurité personnelle et qui sert de « pare-chocs » contre toutes les formes de turbulence, leur permettant ainsi de rester isolés, au calme, dissociés du tumulte éventuellement causé par l’action du « groupe ».

Ainsi, les personnes qui font du 9 de façon très compulsive et qui sont dans des rôles de leaders, qui sembleraient pourtant impliquer l’affirmation de soi, sont souvent en fait profondément ancrées dans une forme particulière d’oubli de soi. Elles arborent alors la figure du « gentil garçon », celui qui est affable, pour incarner la posture du plus humble des employés. Et derrière un sourire de façade indéridable, tout en proclamant ne vouloir de mal à personne, elles sont capables de prendre des décisions extrêmes et de le faire mener à leur terme animées par une force d’inertie que rien ne peut perturber. A ce moment là, le « bien être collectif » leur sert de bouclier, et le fait de déléguer les actions de mise en œuvre du plan à d’autres membres de l’oligarchie constituée autour d’eux leur permet de n’assumer aucune responsabilité, leur « absence à soi » est telle que leur conscience leur semble claire, et leur probité indiscutable. Parmi ces personnes extrêmement désintégrées, Ronald Reagan et Georges W Bush sont des exemples patents de la description opérée ici.

Narcotisation

Dans les faits, la plupart des « tampons » isolants contre la réalité, des « pare-chocs », sont internes à la psyché. On parlera en psychanalyse de « pare-excitation » situé entre le monde extérieur et le Moi. Nombreuses sont les personnes de Base 9 qui sont en réalité dans un état de « transe » quasi-permanente où elles se dissocient simplement de tout ce qui est désagréable ou difficile à accepter, de tout ce qui est susceptible de troubler leur tranquillité.

Des individus de Base 9 aussi confortablement endormis, ne parviennent tout simplement pas à traiter toutes les informations qui pourraient causer une gêne ou engendrer une perturbation. À propos de ce phénomène, Naranjo commente : « ne pas vouloir voir, ne pas accepter d’être en contact avec sa propre expérience de vie est quelque chose qui s’apparente à de la paresse cognitive, à un endormissement de l’esprit critique, à un refus de sa propre condition humaine ». Dans un fort « principe de constance », ce que Freud aurait probablement appelé une présence accrue de la pulsion de mort, ce qui est visé par l’inconscient, c’est une forme d’éradication de toute forme d’excitation interne.

Si ce qui précède peut sembler quelque peu extrême pour brosser le portrait de cette Base 9, rappelons que les exagérations peuvent être souvent fort utiles pour illustrer les points clés et participer ainsi à l’éveil de la conscience. En effet, pratiquement toutes les personnes en 9 ont tendance à procéder par hallucination négative, c’est à dire à ne voir ce qu’ils veulent voir, à idéaliser ce qu’ils aiment et à ignorer tout ce qui pourrait troubler leur confort et leur tranquillité d’esprit.

La difficulté que cela pose est que les problèmes ne cessent bien sûr pas d’exister tout simplement parce que le 9 les ignorent. Au contraire, ce mécanisme de narcotisation, qui consiste à s’endormir face aux problèmes plutôt que de s’occuper de les résoudre peut avoir des conséquences souvent néfastes pour eux-même et pour leur entourage, comme le confirme l’adage « plus on paie tard, plus on paie cher ».

Fusion

S’il arrive, comme nous l’avons vu, que des personnes en Base 9 occupent des postes de tout premier rang, la plupart des individus de cette Base ne sont pas, rappelons-le, porteur d’une ambition personnelle. Ils paient leur dû à la société mais préfèrent se cantonner à cela, et rester en retrait. La majorité des individus de Base 9 ont un tempérament casanier et sont généralement dévoués à leur famille, en particulier à leurs enfants. Etant peu portés sur l’effort, leur maison est parfois à l’image de leur monde intérieur, pas tout à fait terminée. Aussi, il y ont souvent des travaux commencés il y a fort longtemps, laissés de côté pendant un temps, auxquels il faut se remettre si la menace d’un conflit familial, notamment avec le conjoint, se fait sentir. Vivre en famille peut être difficile pour eux dans la mesure où ceci les empêche de profiter du temps dont ils ont besoin pour s’échapper dans leurs rêveries.

Comme cela a été mentionné plus haut, les problématiques fondamentales de la Base 9 ont tendance à se manifester le plus fortement dans le contexte des relations intimes. C’est en effet dans ce domaine que la nécessité des 9 d’éviter les conflits atteint son paroxysme. Beaucoup de 9 semblent trouver atrocement difficile de s’affirmer face à ceux qu’ils aiment, même quand il s’agit de questions triviales. Ils préfèrent s’en remettre aux opinions, décisions et avis de leur partenaire, parfois même de leurs enfants, plutôt que d’affirmer leurs propres préférences. Ils pensent alors quelque chose qui pourrait ressembler à « après tout, le sujet abordé n’est pas si important que cela pour moi et l’autre semble prêt à en découdre si je ne vais pas dans son sens ». Il semble donc plus raisonnable de capituler. De cette manière, les 9 arrivent à éviter le désagrément d’un conflit tout en jouissant victorieusement en même temps du plaisir que le partenaire ressent pour avoir « emporté le morceau ». Il y a là le cumul de deux attitudes caractéristiques de la Base 9 : s’en remettre aux opinions, avis et décisions des autres, et identifier son propre état émotionnel à leurs ressentis.

Ainsi les 9 tendent à fusionner avec leurs proches et à s’adapter avec empathie, parfois même jusqu’à l’oubli complet de leurs émotions et désirs. Un tel niveau d’empathie, confinant parfois à de la soumission, rend naturellement difficile pour les 9 la position de Parent Normatif, pourtant indispensable, qui consiste par essence à fixer des règles et induit par voie de conséquence la frustration de certains des désirs des enfants.

S’il est vrai donc que ponctuellement la politique d’apaisement ainsi opérée par les 9 pourrait être raisonnable, quand elle est érigée en tant que ligne de conduite permanente, comme une politique générale, elle n’augure rien de bon ni pour la personne en Base 9 ni pour son entourage. En effet, les problèmes engendrés par l’adoption systématique de cette ligne de conduite suivent un certain nombre de modèles prédictifs. Par exemple, le partenaire de la personne en Base 9 risque de s’irriter du fait de ne rencontrer que la passivité comme seule posture d’échange. Il peut en effet devenir difficile de respecter quelqu’un qui ne sait pas défendre ses frontières, qui ne prend jamais de position bien définie. Une autre possibilité est que certaines personnes tirent parti de la posture résolument déterminée du 9 à adopter leur point de vue et décisions et en profitent pour devenir ouvertement dominantes et dans certains cas, abusives envers lui. Enfin, l’apparence pacifique du 9 caractérisée par l’absence de réaction pourrait même apparaître aux autres comme étant une autorisation tacite à continuer de perpétrer de telles agressions à leur encontre.

Colère

Ne nous y trompons pas cependant, la rancœur s’accumule immanquablement sous la surface calme et placide des individus en Base 9. Il est difficile pour les 9 de contacter leur colère, puisque la colère est l’émotion qui, dans sa forme pure, est le signe pour nous, êtres humains, que l’une de nos frontières a été violée. Comme les 9 ont tendance à avoir une faible conscience de leurs frontières, ils ont aussi tendance à narcotiser, à endormir leur colère.

La colère existe, cependant, et se manifeste, parfois sous forme de comportements de type passif-agressif, en répondant « faut voir » ou « peut-être » alors qu’on leur demande un avis précis. Elle peut aussi s’exprimer parfois en remettant à plus tard de façon répétitive une tâche ou un projet qu’ils n’ont pas vraiment envie d’accomplir, souvent en se retirant de tout engagement impliquant. En d’autres termes, la colère est omniprésente, mais elle doit se diffuser en continu, pour éviter l’explosion ou l’implosion, elle doit s’écouler de façon invisible afin de ne pas être à la source d’un conflit. Il est donc indispensable d’agir, ce qui permet de « décharger » l’énergie, mais d’agir sur des choses n’ayant aucun impact, et de différer un maximum les tâches structurantes, et donc susceptibles d’influencer le cours de la vie, d’être source de déséquilibre ou de dysharmonie, donc.

En somme, il est préférable d’avoir son temps occupé au maximum par des tâches routinières, de pouvoir justifier de son retard par le fignolage d’un projet (qui ne verra peut-être jamais son terme), d’être absorbé par des activités de divertissement sans but réel, autant de stratégies permettant de rester dans une position de neutralité totale et d’absence à la vie réelle.

Le piège ici, est qu’à l’image de l’autocuiseur laissé trop longtemps sur le feu sans prendre soin d’évacuer régulièrement la vapeur, le bouillonnement interne risque de grandir, et la pression d’atteindre un seuil top élevé. Ainsi, chez certaines personnes de Base 9, la colère restée trop longtemps inexprimée se manifestera en surface par le biais de maladies psychosomatiques.
D’autres individus de Base 9 connaitront des épisodes de vie au cours desquels leur colère si longtemps contenue sous une chape de plomb jaillira tel un geyser au milieu d’un désert aride : de façon anachronique et a priori sans lien avec la situation et avec une une telle fureur que les personnes assistant à la scène ne l’oublieront jamais.

Toutes ces manifestations de colère sont naturellement beaucoup plus nocives pour les personnes en Base 9 et pour leur entourage que si elles s’autorisaient à libérer leur énergie en continu d’une manière qui adaptée aux besoins de la situation. Reconnaître et accepter sa colère est un défi qui mérite d’être relevé pour les personnes en Base 9, car les effets positifs au niveau de leur santé générale sont le plus souvent saisissants.

Oubli de soi

On l’aura compris, le problème crucial pour les individus de Base 9 est qu’ils ont tendance à avoir une conscience d’eux-mêmes insuffisante. Cette tendance les conduit à la fois à minimiser leur importance à leurs propres yeux et à abandonner aux autres le pouvoir de définir leur importance dans le monde. C’est ici que se situe le paradoxe qui réside au cœur de la structure égotique 9.
À un niveau largement inconscient, les gens en base 9 comprennent intuitivement que la personnalité est une entité construite, que cet Ego avec lequel la plupart d’entre nous nous identifions, n’est pas le vrai moi, n’est pas qui ils sont. Il s’agit là, en fait, d’une vérité très profonde, la personnalité, l’Ego, n’est rien d’autre qu’une construction à travers laquelle la conscience opère, et que cette construction se compose en grande partie de mécanismes de défense et de stratégies d’adaptation visant à se prémunir de dangers qui ne sont plus présents. L’Ego est, en ce sens, à la fois une limitation et un obscurcissement de l’Etre.

Mais l’Ego, possède également une qualité essentielle et nécessaire, il donne à l’individu une base sur laquelle s’appuyer, une conscience de soi, même si celle-ci est imparfaite et partielle. Et bien que la personnalité ne soit pas la version aboutie et définitive de qui nous sommes, elle est une étape nécessaire vers le développement de l’individualité vraie. On comprend mieux la motivation personnelle du psychanalyste Carl Gustav Jung, lui-même de base 9, à travailler sur les recherches associées aux types de personnalités et au processus d’individuation. Gurdjieff, (base 8) quant à lui disait :  » Pour que la croissance interne, pour qu’un travail sur soi-même soient possibles, un certain développement de la personnalité, ainsi qu’une certaine force de l’essence sont indispensables. Une personnalité insuffisamment développée qu’un homme, ne peut pas commencer à travailler sur lui-même, il ne peut pas commencer à s’étudier lui-même, il ne peut pas entamer la lutte contre ses automatismes.  »

Il s’opère donc, en Base 9, comme un « refus » de reconnaissance et d’acceptation de l’Ego, de la personnalité. Or, sans une personnalité bien développée, sans un solide sens de soi et en l’absence de frontières correctement définies entre lui et le monde, le 9 est laissé dans un état de perméabilité aux forces extérieures à l’Ego mais aussi aux forces souterraines qui le sous-tendent. Comprendre l’existence de cette porosité intrinsèque de l’ego 9 est absolument essentiel à la compréhension de toutes les manifestations problématiques ainsi que des défis spécifiques à la Base 9.

Paresse

La difficulté que rencontrent les personnes de Base 9 qui tentent de résoudre ces questions clés est appelée « paresse » ou « indolence » dans l’ennéagramme traditionnel. Comme pour les autres Bases de l’ennéagramme, le terme employé pour nommer la passion de la Base n’est pas à prendre dans l’acceptation classique du terme. Ici, lorsqu’il est question de paresse, il ne s’agit pas de fainéantise, bien qu’elle puisse se manifester de cette manière chez certains individus, mais plutôt du manque d’attention apporté à la question la plus importante du moment, un endormissement face à ce qui a un enjeu réel, à savoir l’élaboration d’un solide sens du moi à partir duquel le 9 pourra avoir un impact vraiment efficace dans le monde.

Selon les enseignements de l’ennéagramme classique, le don essentiel (appelé vertu) de chaque Base ennéagramme apparaît lorsque la passion s’affaiblit. Oscar Ichazo, père de l’Ennéagramme moderne, a nommé la vertu associée à la Base 9 « Amour ». Bien que la majorité des 9 aient tendance à être aimables, à être des individus doués de compassion et de tolérance, leur personnalité ne perçoit et n’incarne que très partiellement la nature réelle de la vertu d’Amour. S’il est vrai que le véritable amour concerne l’ouverture aux autres et la perméabilité des frontières de l’ego, qu’il implique l’acceptation, le pardon, et une perception de l’interdépendance de toutes choses, il ne peut être donné aux autres de façon intègre et reçu de leur part en retour que dans la mesure ou la personne en Base 9 développe une conscience d’elle même et de sa propre valeur.

Autrement dit, plus les personnes en Base 9 apprennent à reconnaître et à valoriser l’existence de leur Ego, à s’aimer et à s’honorer elles-mêmes, plus elles sont en mesure d’étendre cet amour à d’autres d’une manière véritablement efficace et bénéfique. En évoluant, elles font évoluer leurs relations avec les autres et deviennent par extension capables d’œuvrer activement à la guérison des blessures de l’ humanité.

Les 9 sont parfois appelés « Médiateurs » ou « Artisans de paix », mais seuls le deviennent vraiment ceux d’entre eux qui abandonnent derrière eux l’idée que la paix est synonyme de l’absence de conflits.
Faire la paix exige des personnes en Base 9 de développer une attitude résolument active, qu’elles comprennent et intègrent que le monde attend d’elles qu’elles agissent pour le rendre meilleur.

Résumé du profil de Base Neuf

Source : http://www.promouvoir-enneagramme.com/index.php?rubrique=3044

Les Niveaux épanouis

Niveau 1 (à leur meilleur) : Contrôlant leurs émotions, ils se sentent autonomes et épanouis : ils ont une grande sérénité et la satisfaction d’être face à eux-mêmes. Paradoxalement, étant en accord avec eux-mêmes, ils sont plus à même de développer des relations plus profondes. Intensément éveillés, ils sont complètement connectés à eux-mêmes et aux autres.

Niveau 2 : Profondément réceptifs, tolérants, détachés de l’attention des autres, émotionnellement stables et sereins, ils ont confiance en eux et dans les autres, sont à l’aise avec leur moi et leur vie, innocents et simples. Patients, sans prétentions, d’une bonne nature, ils sont véritablement gentils.

Niveau 3 : Optimistes, rassurants, soutenant les autres, ils ont une influence soignante et calmante –ils mettent de l’harmonie dans les groupes, réunissent les gens : ce sont de bons médiateurs, synthétiseurs, et communicateurs.

Les Niveaux moyens

Niveau 4 : Par peur des conflits, ils s’effacent et deviennent accommodants, idéalisant les autres et s’accordant à leurs désirs, acceptant des choses qu’ils ne veulent pas réellement faire. Ils s’accommodent de rôles convenus et de ce que l’on attend d’eux, et utilisent les principes et les clichés pour détourner les autres.

Niveau 5 : Actifs, mais désengagés, peu réfléchis et inattentifs. Ils ne voudraient pas être affectés, et deviennent donc complaisants et insensibles, évitant les problèmes, les « balayant sous le tapis ». Leurs pensées deviennent floues et ressassées, pour la plupart des fantaisies confortables qui commencent à les éloigner de la réalité, à les rendre oublieux. Indolents dans leurs émotions, ils n’ont pas envie d’être eux-mêmes ou de faire face aux problèmes : c’est l’indifférence.

Niveau 6 : Ils commencent à minimiser les problèmes pour apaiser les autres et avoir la paix à tout prix.  Têtus, fatalistes, et résignés, comme si rien ne pouvait être changé. Ils prennent leurs désirs pour des réalités et recherchent des solutions magiques. Les autres sont frustrés et en colère du fait de leur procrastination et de leur manque de réponse.

Les Niveaux pathologiques

Niveau 7 : Ils peuvent être extrêmement réprimés, refoulés, non développés et inefficaces. Ils se sentent incapables de faire face aux problèmes, et deviennent obstinés, se détachant de tous les conflits. Négligents et dangereux pour les autres.

Niveau 8 : Dans l’espoir de bloquer toute prise de conscience qui pourrait les affecter, ils se dissocient tant que finalement ils ne peuvent plus fonctionner : ils sont anesthésiés, dépersonnalisés.

Niveau 9 : Finalement, ils deviennent sévèrement désorientés et catatoniques, renonçant à eux-mêmes, se transformant en coquilles vides. Possibilité de personnalités multiples. Correspondent en général à des troubles de la personnalité schizoïde et de dépendance.

Les commentaires sont fermés.