Ennéagramme Base 8 : Quête de pouvoir

La Base 8 en quatre concepts clés :
Sûr de lui, Décisif, « Brut de décoffrage », Confrontant

Refus du contrôle

Les individus de Base ennéagramme 8 souhaitent échapper à toute forme de contrôle exercé sur eux, soit par les autres, soit par les circonstances. Ils sont animés de la ferme intention d’être maîtres de leur destin, d’assumer la responsabilité de tout ce qui se passe autour d’eux, de faire tout ce qui doit être fait.

Les 8 sont compétitifs et expansifs. Ils ont l’esprit de décision et sont dotés d’une très grande volonté, d’une détermination à toute épreuve pour mettre en œuvre ce qui doit être fait, car ils sont avant tout orientés sur la pratique.

La majorité d’entre eux dispose d’une énorme quantité d’énergie et ont souvent de puissants appétits physiques. Cette énergie débordante est clairement perçue par les personnes qui sont à leur contact : les 8 n’ont généralement pas besoin d’annoncer leur présence pour que les autres sachent qu’ils sont là.

Le problème central pour les personnes de Base 8, c’est que le refus de subir toute forme de contrôle se transforme très souvent en nécessité de tout contrôler, en un besoin d’être « aux commandes », en une compulsion de dominer. Cela peut conduire à toutes sortes de difficultés relationnelles, puisque le monde n’est pas toujours disposé à se conformer aux préceptes de la volonté des 8. Au delà de cela, le problème plus profond qui se pose aux individus qui font du 8, c’est que leur besoin d’éviter tout semblant de contrôle peut les priver des qualités de souplesse, d’écoute, d’ouverture d’esprit et d’empathie qui sont généralement nécessaires pour vivre une vie pleine et équilibrée et être véritablement heureux.

Pouvoir

La majorité des personnes de Base 8 conçoit le monde comme étant un environnement hostile où la lutte pour la survie se joue à chaque instant, comme une jungle dans laquelle seuls les plus forts survivent. Dans une telle optique, vivre implique une concurrence permanente pour être celui ou celle qui sera au sommet de la chaîne alimentaire, puisque les 8 ont naturellement l‘intention d’être ceux qui survivent.

Ils adoptent généralement une stratégie de survie qui implique soit de se hisser en haut de la hiérarchie existante, soit de sortir complètement du système en place et de ses structures de pouvoir. Les personnes de Base 8 qui optent pour la première stratégie se trouvent généralement dans des postes de leader, qu’il s’agisse de leur famille, de leur entreprise, ou de leur parti politique. Celles qui choisissent la deuxième approche ont tendance à être des entrepreneurs indépendants, des pigistes ou consultants de toutes sortes, ou même des hors la loi, tout type d’activité, en d’autres termes, qui puisse exister en dehors du cadre conventionnel de la société civile et de son système souvent artificiel de règles et obligations.

Quelle que soit la tactique retenue, tous les 8 ont besoin de sentir financièrement indépendants, et bien que la plupart des individus de Base 8 parviennent à trouver un moyen de faire la paix avec la société, ils conservent néanmoins un rapport difficile et conflictuel vis à vis de tout système relationnel hiérarchique qui ne les positionne pas au sommet.

Ami ou Ennemi ?

Bien que certains 8 choisissent d’incarner la posture du « loup solitaire », beaucoup de personnes en Base 8 ont de nombreux et solides liens sociaux, soit avec leur famille, ou via un réseau d’amis ou encore en multipliant les relations professionnelles. Elles sont très présentes dans le monde et sont souvent extraverties.

Une véritable intimité n’est cependant pas une chose très facile ni naturelle à établir pour ou avec un 8, les émotions douces et tendres ayant tendance à les faire se sentir « faibles ». Par ailleurs, développer une relation d’intimité requiert pour les 8 d’abaisser leurs défenses et d’accepter ainsi de devenir vulnérables. Et la vulnérabilité, à son tour, déclenche la peur chez le 8 d’être contrôlé. Ainsi, c’est bien souvent le domaine des relations intimes qui constitue l’arène dans laquelle se déroulent les jeux de pouvoir et où les problématiques de contrôle sont les plus saillantes.

Les questions de confiance occupent ici une position charnière. Les personnes en Base 8 ont une tendance compulsive à tester leurs proches pour voir s’ils sont fiables et dignes de confiance, pour vérifier s’ils sont susceptibles de trahir et de passer ainsi dans le camp des « ennemis ». La trahison est absolument intolérable aux yeux des 8 et tout comportement s’en rapprochant est immédiatement réprimé par une réaction violente dont l’objectif est de dissuader, via une démonstration de force, le « traitre » en puissance, de persévérer dans son entreprise.

Les personnes de Base 8 sont à la recherche de partenaires de vie qu’elles puissent respecter comme étant eux-même forts et en même temps suffisamment fragiles et sensibles pour avoir besoin de la protection offertes par le 8. Il s’agit d’une combinaison paradoxale bien sûr, mais il n’en demeure pas moins que l’immense sentiment de solitude des 8, bien que nié par les principaux intéressés, ne peut être apaisé que par un partenaire jouissant d’une égale puissance et étant à la fois très vulnérable et donc dépendant, car ainsi investi du rôle de « protecteur des faibles » le 8 peut d’autant plus oublier ses propres sentiments de vulnérabilité. Se sachant capable de punir les « traîtres », les 8 accordent une confiance « relative » a priori, mais comme cela a été décrit ci-avant, une confiance qui n’exclue pas le « contrôle ». Ceci étant, lorsqu’un individu a « passé tous les tests » et que la personne de Base 8 l’admet à pénétrer dans « le sanctuaire, » à « entrer dans la famille », les relations de soutien et d’assistance deviennent généralement fraternelles, inconditionnelles et inébranlables. Tous les 8 ne forment cependant pas de telles relations proches, car certains refusent catégoriquement de baisser la garde ou sont tout simplement incapables de prendre le risque d’y perdre un peu de leur autonomie.

Colère

 

Les 8 sont souvent enclins à la colère, l’une des rares émotions qu’ils autorisent à ressentir dans sa forme la plus pure. Comme cela a été mentionné plus tôt, le ressenti des émotions « tendres » telles que la compassion, l’amour, la tristesse et la mélancolie peut amener les 8 à se sentir vulnérables, puisque de telles émotions sont causées par – et entrainent en retour – une sensation de perméabilité et de fragilité, qui constituent une faille dans l’Ego. La colère, au contraire, illustre le sentiment d’être en opposition avec le monde et son expression, tout du moins dans le ressenti des 8, cette colère caractérise leur détermination à sortir victorieux de cette confrontation.

L’expression ouverte de la colère est vécue par les personnes en Base 8 comme une occasion de démontrer leur capacité à maintenir intacte la frontière qui les sépare du monde extérieur, à se prémunir de toute agression émanant de l’environnement, en y projetant un maximum d’énergie de manière préventive. La problématique de la peur du contrôle est en effet convertie en une quête de pouvoir, une recherche de domination, qui pourrait se résumer par « je dois contrôler l’environnement pour ne pas qu’il me contrôle, et je montre ma puissance de façon préventive pour que personne n’ose s’attaquer à moi ».

Dans ce cadre, il est tout à fait logique de constater que la tendance naturelle des 8 ne les porte pas à l’introversion ni à la remise en question. Et pourtant, comprendre que la capacité à accueillir en conscience la présence des émotions les plus tendres, loin d’être une faiblesse, est en fait le signe de la véritable force (constat primordial dans le développement d’une personne de Base 8).

Justice

Les individus en Base 8 considèrent souvent les lois et la morale comme n’étant rien d’autre qu’un moyen de plus par lequel la société tente d’exercer un contrôle illégitime sur eux. Les règles qu’ils n’ont pas définies eux-mêmes sont facilement considérées par les personnes en base 8 comme les armes employées par les faibles pour tenter de dominer ceux qui, comme eux, ont été dotées de force par la nature.

A l’instar des 6 en contre-phobie, les gens qui font du 8 se méfient des règles, et adoptent souvent une attitude d’opposition à l’autorité. Mais, à l’inverse des 6 contre-phobiques, ils ne nient pas l’existence du danger et, comme ils sont généralement de fins stratèges, ils ne se lancent que très rarement dans un combat s’ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner. Leur rébellion et le manque de respect pour « les règles » est donc souvent indirect, évacué, camouflé par l’émission de critiques, de remarques cyniques, d’expressions de colères détournées de l’objet réel. Ceci peut entraîner des difficultés dans les relations avec les proches, puisque les 8 ont facilement tendance à se « décharger » injustement sur leur proches, dont ils pensent, souvent à tort, qu’ils peuvent passer outre et les comprendre.

Alors que les 8 ont tendance à ne pas respecter les règles, normes et modes de fonctionnement fixés par le monde extérieur, ils ont souvent leur propre sens du bien et du mal, du vrai et du faux, du juste et de l’injuste, qui s’appuie sur un système de valeurs et de croyances, fruit de loyautés personnelles et d’engagements librement consentis. Ils ont donc, pour ainsi dire, une conception tout à fait personnelle et changeante de ce qu’est la justice. Et les 8 ne tolèrent pas que ceci soit remis en cause par un événement se déroulant dans leur environnement, ils sont alors prêts à se battre, seuls contre tous s’il le faut, pour conserver ce qu’ils estiment être juste.

Faiblesse

A ce stade, il est important de rappeler qu’à un niveau inconscient, les personnes qui font du 8 se sentent très vulnérables. C’est la raison pour laquelle elles croient qu’elles risquent d’être placées en position de soumission par le monde extérieur. Le sous-jacent de l’attitude expansive des 8 est donc le fruit d’une peur fondamentale qui est celle d’être asservi par un système ou par des personnes qui abuseront de leur innocente fragilité.

C’est donc en contre-réaction à une telle possibilité que les 8 tentent d’imposer au monde leurs propres règles et modes de fonctionnement. On observe ici, une stratégie diamétralement opposée à celle de la Base 5, qui consiste à s’enfermer dans son château fort pour se préserver du monde extérieur, puisque la Base 8 quant à elle, tente de prendre le contrôle de ce monde extérieur. La principale difficulté ici est que, faisant mal la différence entre lui et le monde extérieur, en manquant d’altérité, tout événement entrant en contradiction avec son système de valeur, ses opinions ou ses désirs, est susceptible d’être vécu comme étant une attaque personnelle. On l’aura bien compris, nous sommes ici face à des personnages entiers, qui prennent des décisions et des actions rapides et tranchées, pour lesquelles il y a « les amis » d’un côté et « les ennemis » ou « les cons » de l’autre.

 

Vengeance

C’est cette dynamique de « contrepoids permanent » opposé au monde extérieur et caractéristique du fonctionnement 8 que l’ennéagramme traditionnel appelle fixation de « vengeance ». En somme, c’est comme si l’univers 8 était teinté d’une peur prégnante d’être facilement anéanti par une action à son encontre, perpétrée par un monde impitoyable. Dans une telle optique, la Base 8 est extrêmement réactive, toute menace, toute rébellion, toute trahison devant être « tuée dans l’oeuf ». Ceci signifie que tout stimulus perçu comme s’apparentant de près ou de loin à une telle menace doit faire l’objet de représailles massives.

L’univers 8, dans ce cadre, fonctionne suivant une version extrême de la loi du Talion : « pour un œil toute la gueule ». Enfin, comme les 8 ont à la fois une nature très protectrice et qu’ils ont également une tendance à considérer que le monde entier doit être sous leur contrôle, à peu près tout ce qui se passe dans leur environnement plus ou moins proche est susceptible de déclencher leur envie irrépressible de passer à l’action.

Sadisme

Il est donc tout à fait juste de dire que les 8 perçoivent intuitivement la façon dont le pouvoir est utilisé et dont on peut en abuser. Ainsi l’histoire du monde est jalonnée d’épisodes sanglants perpétrés par des personnalités pathologiques, de Base 8 (Staline, Mao, Fidel Castro et Saddam Hussein en sont quelques tristes illustrations).

Des personnes de Base 8 ayant atteint un tel niveau de désintégration ont une attitude « bulldozer » qui consiste à « supprimer » quiconque se mettrait en travers de leur route vers le pouvoir en justifiant leurs exaction par l’existence des lois de l’évolution naturelle qui font que seuls les plus forts survivent. C’est à de tels individus, que Claudio Naranjo fait référence lorsqu’il associe à la Base 8 la notion de sadisme, les 8 à des niveaux très « malsains » étant des brutes qui éprouvent du plaisir dans le fait d’intimider ceux qu’ils considèrent comme étant faibles, et ne ressentant aucun scrupule à écraser quiconque croise leur chemin. Ils peuvent être cruels, brutaux, dangereux et monstrueusement insensibles aux sentiments des autres. Le sadisme, omniprésent dans la perversion, est une manifestation claire et évidente de la tentative d’atteinte du pouvoir par des moyens de domination et d’humiliation, une faiblesse se faisant passer pour de la force.

Si le 8 désintégré est la configuration psychique la plus brutale décrite par l’énnéagramme, il est indispensable de préciser que les 8 à leur meilleur, ceux qui ont développé leur capacité d’aimer, sont parmi les profils les plus généreux de l’Ennéagramme. Martin Luther King Jr, Indira Gandhi, et l’Abée Pierre doivent être cités parmi ceux-ci. Tous trois ont accédé à une forme de pouvoir pur par l’intégration et l’acceptation des contraintes et par la force dans l’humilité.

Excès

Dans l’Ennéagramme traditionnel, la passion associée à la Base 8 est « la luxure. » Cela ne devrait pas être confondu avec le désir impérieux de jouir des plaisirs des sens, sexuels ou autres, ce qui est plus caractéristique de la gourmandise sensuelle de la Base 7. La luxure de la Base 8 n’est pas d’ordre « Oral-réceptif », comme en 7, mais est au contraire de nature expansive, bien plus « Phallique »  puisque la luxure se manifeste en Base 8 par la nécessité de s’imposer à l’extérieur pour affirmer la supériorité de son Moi sur le reste du monde.

Ainsi, comme pour toutes les autres bases Ennéagramme, le terme employé pour désigner la passion de la Base 8 ne doit pas être pris à son sens premier, et la « luxure » de la Base 8 ne correspond pas nécessairement à un besoin d’ordre sexuel. Pour les 8 chez qui cela est le cas cependant, il est souvent difficile de trouver l’équilibre entre les besoins souvent énormes en termes de satisfaction purement physique et la nécessaire expression des émotions les plus tendres.

 

Le véritable problème soulevé ici est l’acceptation des limites et des frontières qui sont vécues comme étant sources de frustrations. La « luxure » doit donc être ici comprise comme une recherche excessive de prise de position dominante sur le monde. Ceci explique pourquoi dans l’ennéagramme moderne, le mot « excès » a progressivement remplacé « luxure » pour la passion associée à la base 8.

Cet excès de position dominante, très « Yang », très Phallique, se caractérise par une sur-affirmation de soi, par un resserrement des frontières de l’ego, par l’adoption d’une posture d’opposition et de contre-dépendance, l’idée sous-jacente étant de littéralement « jouir » de l’exercice du pouvoir, de bénéficier d’une puissance suffisante pour ne jamais être vulnérable ou faible.

La clé de l’évolution pour les personnes de Base 8 consiste à en finir avec le mécanisme de défense visant à nier l’existence de leur propre vulnérabilité et de leurs faiblesse, à accueillir avec joie l’existence de multiples nuances de couleurs entre le blanc et le noir, à percevoir que la diversité des points de vue est une fantastique opportunité et non pas une menace pour eux, car elle est le signe que leur place dans l’univers est garantie, et qu’ils peuvent cesser de se défendre contre des chimères.

Lorsqu’ils évoluent, l’excès et la compulsion à devoir s’insurger contre des forces X ou Y, font place à plus de mesure, de pondération, de respect et à la reconnaissance d’autrui et de son libre-arbitre. Ils trouvent ainsi la paix de l’esprit et la détente du corps propres à celui qui comprend que la plus belle des conquêtes est celle de la Paix, ils deviennent libre d’utiliser leur énergie sans limite et leur leadership au service de l’avénement d’une humanité meilleure, plus fraternelle et plus éclairée, et se font les défenseurs des grandes causes sociales.

Résumé du profil de Base Huit

Source : http://www.promouvoir-enneagramme.com/index.php?rubrique=3043

Les Niveaux épanouis

Niveau 1 (à leur meilleur) : Savent se limiter et être magnanimes, cléments et tolérants, se maîtriser en s’abandonnant à une autorité supérieur. Courageux, prêts à se mettre sérieusement en difficulté pour réaliser leur vision et avoir une influence durable. Peuvent être de vrais héros et atteindre à la grandeur historique.

Niveau 2 : Assertifs, confiants en eux et forts : ils ont appris à se battre pour ce dont ils ont besoin et ce qu’ils veulent. Plein de ressources, une attitude de « je peux le faire », remplis d’énergie passionnée.

Niveau 3 : Décidés, autoritaires et impérieux: le leader naturel que les autres admirent. Prennent des initiatives, font marcher des choses, gagnent le soutien des autres, pourvoyeurs, protecteurs, honorables et transportant les autres par leur force.

Les Niveaux moyens

Niveau 4 : Autosuffisants, financièrement indépendants : avoir des ressources suffisantes est très important pour eux : ils deviennent alors entreprenants, pragmatiques, des individualistes âpres, des affairistes. Ils prennent des risques, travaillent dur, nient leurs propres sentiments.

Niveau 5 : Ils commencent à dominer leur environnement, y compris les autres. Ils voudraient sentir que les autres sont derrière eux et soutiennent leurs efforts. Fanfarons, vantards, exigeants, et expansifs : le « chef » dont la parole est la loi. Fiers, égocentriques, ils voudraient imposer leur volonté et leur vision sur tout et ne cèdent jamais, ne voyant pas les autres comme leurs égaux, ni ne les traitant avec respect.

Niveau 6 : Ils deviennent  extrêmement combatifs et intimidants pour avoir le dernier mot, recherchent la confrontation, défient, créant des relations antagonistes. Tout est matière à tester la volonté, et ils ne cèdent pas. Ils utilisent les menaces et les représailles pour se faire obéir des autres, pour les maintenir en déséquilibre et dans l’insécurité. Mais leurs traitements injustes développent chez les autres des sentiments de crainte et de ressentiment, qui peuvent conduire ces derniers à se liguer contre eux.

Les Niveaux pathologiques

Niveau 7 : Défiant toute tentative de contrôle à leur égard, ils deviennent sans scrupules, dictatoriaux, « la puissance donne le droit ». Criminels et hors la loi, renégats et arnaqueurs. Coeur de pierre, immoraux et potentiellement violents.

Niveau 8 : Ils développent des illusions sur leur pouvoir, leur invincibilité et leur capacité à l’emporter : mégalomanes, ils se sentent tout puissants et invulnérables. Leur ego se répand avec insouciance.

Niveau 9 : S’ils sont en danger, ils sont capables de détruire brutalement tout ce qui n’est pas conforme à leur volonté plutôt que de se soumettre à quelqu’un d’autre. Vengeurs, barbares, meurtriers. Tendances sociopathes. Correspondent en général aux troubles de la personnalité de type antisocial.

Les commentaires sont fermés.