Ennéagramme Base 2 : Quête d’approbation

La Base 2 en quatre concepts clés :
Généreux, Démonstratif,  « qui cherche à faire plaisir » et Possessif.

Prendre soin des autres

Les individus de Base ennéagramme 2 ont pour caractéristique principale l’importance donnée aux liens qu’ils entretiennent avec d’autres personnes et à la manière dont ils se relient aux autres en étant serviables. Ces personnes ont développé comme un « radar » leur permettant de détecter instantanément ce dont l’autre peut avoir besoin et elles se voient comme « la bonne personne » pour satisfaire ce besoin.

De ce fait, même si elles sont au service des autres, les personnes qui font du 2 se trouvent en position haute par rapport à ceux qu’elles servent. En effet, c’est comme si les 2 se considéraient comme étant non seulement assez forts pour prendre soin d’eux-mêmes, mais aussi en capacité de prendre soin des autres. Ils désirent secrètement occuper une place centrale dans la vie des personnes de leur choix et tentent d’y parvenir en se rendant «indispensables».

Dans la carte du monde de la Base 2, ce sont toujours les autres, et non pas eux-mêmes, qui sont dans le besoin et dépendent d’une aide extérieure. En réalité, la situation est un peu plus complexe, puisque les individus en Base 2 ont bien évidemment eux aussi des besoins. Ils ont besoin d’être appréciés, ils doivent se sentir nécessaires et attendent inconsciemment de recevoir en retour de leur aide une quantité considérable d’attention et de reconnaissance.

Les relations avant tout

On retrouve en majorité dans les personnes en Base 2,  des gens chaleureux. Ils sont émotionnellement démonstratifs et sont généralement à l’aise avec l’expression physique des émotions. Ils accordent une très grande valeur à leurs relations personnelles et y consacrent une énorme quantité de temps et d’énergie.

Ils ont tendance à être des gens pratiques qui se développent dans des activités « opératives » d’aide aux autres telles que l’enseignement, l’aide sociale, la santé et le conseil. Pour prendre une expression imagée, on peut dire que les 2 n’ont pas peur de retrousser leurs manches ni de mettre les mains dans le cambouis.

Les personnes qui font du 2 sont également attirées par le rôle de parent et plus particulièrement par la position de parent nourricier, figure maternelle par excellence. Cette caractéristique est valable chez les individus des deux sexes, hommes et femmes, bien que l’influence du contexte sociétal amène à un renforcement de cette qualité chez les femmes de base 2 et tende à la refréner légèrement chez les hommes.

Les personnes en Base 2 accordent une importance certaine à leur apparence et sont souvent séduisantes dans leur présentation. Cela peut sembler de prime abord en contradiction avec la description des 2 comme étant « de petites mères pour chacun » mais à y regarder de plus près, on s’aperçoit que la séduction et la prise en charge de l’autre sont des manifestations d’un même désir inconsciemment manipulatoire de trouver un moyen d’obtenir et de retenir l’attention de l’autre.

Les 2 « séducteurs » sont souvent efficaces ou amusants, ce qui leur permet de susciter l’approbation de leur auditoire. Lorsqu’ils adoptent une telle stratégie de séduction, ils se sentent souvent en compétition avec les membres du même sexe et jaloux de ceux qu’ils jugent plus attirants. Cette attitude de séduction agressive, qui s’appuie souvent sur la flatterie, entre en contradiction avec le désir des 2 d’être admirés pour leur humilité, aussi, quand leur désir inconscient de reconnaissance ne peut être atteint en dépit de leurs efforts de séduction, ils peuvent avoir tendance à adopter une attitude de dédain.

Il est tout à fait vrai de dire que les individus en Base 2 ont un cadre de référence externe, en ce sens qu’ils sont avant tout préoccupés par ce qui doit être fait pour aider autrui. Ainsi, lire dans les ouvrages d’ennéagramme que les personnes de Base 2 fondent l’estime d’elles-même en grande partie sur leur capacité à servir les autres n’est pas du tout dénué de fondement.

Les personnes en base 2 servent souvent de « ciment social » qui, par exemple, maintiennent le personnel de l’entreprise informé de l’anniversaire de chaque collaborateur, organisent les pots de départs, pensent au petit cadeau pour le dernier né… Ils sont souvent ceux qui s’assurent que les grandes familles se réunissent pour les fêtes de fin d’année et pour les dates importantes, ils se proposent de préparer le repas et vous incitent vivement à assister à ces événements « importants » de partage. Dans une société de plus en plus individualiste, ils sont souvent ceux qui travaillent sans relâche pour s’assurer que tout le monde est pris en charge, et que personne n’est laissé au banc.

L’orgueil

La zone d’ombre de la Base ennéagramme 2 tourne autour du besoin d’approbation et bien fréquemment, ce besoin s’avère mal compris par les autres. En effet, la compulsion de la Base 2 ne consiste pas simplement à donner, mais à donner pour recevoir en retour. La croyance sous-jacente qui est bien ancrée, est que : pour recevoir de l’amour et de la considération, il faut en donner d’abord, un peu comme si l’amour était une monnaie d’échange, et les services rendus un « crédit » bancaire. Ce que veulent ces personnes en échange de leurs services et de leurs conseils c’est la gratitude éternelle de ceux qu’ils servent, afin de sentir en eux se renforcer l’image d’une personne « aimante et désintéressée ». Ainsi, les personnes en base 2 doivent donc composer avec une compulsion de don permanent. “Plus je donnerai, plus je pourrai recevoir, et mieux je me sentirai”.

La mécanique ainsi enclenchée, consiste à donner beaucoup à l’autre et à ne pas reconnaître ses propres besoins, ce qui permet de maintenir l’interlocuteur dans une position de « débiteur ». Ce « je peux tout te donner, moi je n’ai besoin de rien », est une stratégie inconsciente permettant de maintenir l’autre dans un lien de dépendance. C’est également en raison de cette position haute que les premiers chercheurs en ennéagramme ont associé à la Base 2 la notion d’Orgueil.

En formation d’Ennéagramme, certaines personnes se retrouvant en base 2, sont susceptibles d’objecter que ce n’est pas vrai, qu’elles ne donnent pas pour recevoir, et vont arguer que bien au contraire, elles donnent de bon cœur, de façon tout à fait désintéressée. C’est en effet parfois le cas, mais ce n’est qu’une vérité partielle. En effet, le mécanisme de défense de l’égo « répression des besoins » est si fort que les gens qui font du 2 ne sont en général pas conscients de leur besoin de reconnaissance, de leur besoin d’être nécessaire. Et il est vrai que, quand ils donnent, ils sont entièrement concentrés sur le fait d’aider l’autre personne, ils essaient réellement d’être utiles.

Parce qu’ils se concentrent sur les autres, ils sont – et ont tendance à rester – inconscients de leurs propres besoins, alors que ceux qui partagent leur vie sont souvent très lucides sur l’existence de l’attente d’un retour et pensent souvent que toute cette aide n’est pas entièrement désintéressée. Il est bien entendu que le programme « donner pour obtenir » de la Base 2 est, comme tous les programmes Ennéagramme, en grande partie inconscient, et qu’il est très difficile pour un individu se pensant profondément altruiste d’admettre qu’il se cache en général des attentes, de la manipulation et de l’orgueil.

Dépendance affective

Le lien à l’autre repose donc, en Base 2, sur un contrat tacite qui consiste à donner à l’autre, pour recevoir sa gratitude en retour. Mais bien entendu, il est important pour que ce contrat reste en place, que l’autre ne me donne pas plus que je ne lui donne.

Quand ils ne reçoivent pas la reconnaissance et la gratitude qu’il ressentent comme étant dues, les personnes en Base 2 peuvent devenir autoritaires et manipulatrices, se sentant tout à fait dans leur bon droit à l’être, parce qu’elles l’ont « mérité » et parce que leurs intentions sont bonnes. Lorsque les 2 commencent à craindre que l’amour et l’appréciation dont ils ont si profondément le désir ne se matérialisera peut-être jamais, ils peuvent devenir hystériques, irrationnels et même parfois abusifs envers les autres ou envers eux-mêmes (notamment via des mécanismes de « remplissages » : nourriture, achats compulsifs…). Le crédo de l’Inconscient peut alors devenir le suivant : Puisque personne ne me remplit suffisamment émotionnellement, je vais moi-même me remplir grâce à la nourriture.

Une énergie dysfonctionnelle en Base 2 peut parfois se manifester dans ce qui est connu sous le nom classique de personnalité « co-dépendante », pouvant parfois aller jusqu’à la « co-soumission ». Dans ce cas, ces personnes se sentent dépendantes de l’autre et rendent celui-ci dépendant d’elles-mêmes : seule l’autre personne en question peut leur apporter quelque chose d’essentiel à leur vie ; et elles-mêmes font passer le bonheur de l’autre avant le leur.

En d’autres termes, afin de pouvoir se sentir utiles, ces personnes encouragent et maintiennent activement, bien qu’inconsciemment, un état de dépendance chez l’autre, généralement en se rendant indispensables à certaines tâches de la vie quotidienne, ou en entretenant la « coupure » avec ses proches, ou bien encore en assumant toutes les charges financières. Ce sont par exemple, ces personnes en Base 2 qui sont si soucieuses de leurs enfants que ces derniers ne sont jamais réellement « autorisés » et encouragés à grandir et à s’autonomiser. Ces individus souhaiteraient inconsciemment que les autres soient en position de faiblesse afin qu’ils puissent eux-mêmes se sentir forts, de telle sorte que leurs liens avec leurs proches restent intacts.

D’autres 2 qui vont mal, deviennent dépendants eux-mêmes. Ils se retrouvent alors victimes d’une multitude de maux (souvent physiques, puisque la répression des besoins engendre bien souvent la somatisation) qui les rend incapables de pouvoir s’occuper d’eux-mêmes. Ces personnes là risquent alors d’attendre, voire d’exiger des autres un « remboursement » pour tout ce qu’ils ont fait pour eux auparavant.

Générosité

Les personnes qui font du 2 et qui sont épanouies sont des gens affectueux et doux. Ils offrent l’amour et le soutien dont tous les êtres humains ont besoin – qu’ils en aient conscience ou pas – pour vivre ensemble. Les religions orientales rendent hommage à cet idéal à travers l’image du Boddhisattva, qui renonce à entrer dans le Nirvana tant que ne serait-ce qu’un seul être vivant reste confronté à la souffrance. Plus proche de nous, un bon exemple pourrait être donné par ceux qui attribuent la base 2 à Jésus de Nazareth, en s’appuyant sur son amour des enfants, sa défense des faibles et des opprimés…

Résumé du profil de Base Deux

Source : http://www.promouvoir-enneagramme.com/index.php?rubrique=3037

Les Niveaux épanouis

Niveau 1 (à leur  meilleur) : Deviennent profondément désintéressés, humbles, et altruistes : aimer inconditionnellement soi-même et les autres. Sentent que c’est un privilège d’être dans la vie des autres.

Niveau 2 : Empathiques, compatissants, tournés vers les autres. Attentionnés et attentifs à leurs besoins. Bienveillants, chaleureux, sincères et miséricordieux.

Niveau 3 : Encourageants et appréciateurs, capables de voir le bien chez les autres.  Serviables mais prenant aussi soin d’eux-mêmes, ils sont nourriciers, généreux – des êtres réellement pleins d’amour.

Les Niveaux moyens

Niveau 4 : Veulent être proches des autres, et donc commencent à leur plaire, être un peu trop familiers, à s’épancher, et à être bien intentionnés pour tout. Leur attention est séductrice : ils recherchent approbation, marques d’affection et flatterie. L’amour est leur valeur suprême Ils sont entichés de leur propre valeur et ils en parlent constamment.

Niveau 5 : Excessivement intimes et indiscrets : ils ont besoin d’être nécessaires aux autres, donc ils rôdent, s’ingèrent, et contrôlent au nom de l’amour. Ils voudraient que les autres soient dépendants d’eux : ils donnent mais attendent en retour, envoient des messages à double sens. Envahissants et possessifs : dépendants, ils ne se sacrifient jamais assez – se fatiguent pour tout le monde, créant des besoins qu’ils pourront satisfaire eux-mêmes.

Niveau 6 : Ils se donnent de plus en plus d’importance et sont satisfaits d’eux-mêmes, se sentant indispensables, même s’ils surévaluent le mérite de ce qu’ils font pour les autres. Hypocondriaques, ils deviennent martyrs pour les autres. Arrogants, moralisateurs, présomptueux.

Les Niveaux pathologiques

Niveau 7 : Ils peuvent être manipulateurs et égoïstes, culpabilisant les autres en leur rappelant combien ils leur doivent et en les faisant souffrir. Abusent de la nourriture et des médicaments pour « alimenter leurs sentiments » et obtenir du soutien. Ils découragent les autres en faisant des remarques condescendantes. Ils s’abusent eux-mêmes sur leurs motifs et sur l’agressivité et l’égoïsme de leurs comportements.

Niveau 8 : Dominateurs et coercitifs, ils s’arrogent le droit d’avoir tout ce qu’ils veulent des autres : ils exigent la réparation de dettes anciennes, de l’argent, et des faveurs sexuelles.

Niveau 9 : Ils peuvent excuser et rationaliser ce qu’ils font car ils se sentent maltraités et victimes des autres, et éprouvent un ressentiment amer et de la colère. Ils somatisent leur agressivité et s’infligent des maladies chroniques, revendiquant leurs actes en s’effondrant et en pesant sur les autres. Correspondent en général à des troubles de la personnalité du type histrionique (comédien) et simulateur.

Les commentaires sont fermés.